REVUE DE PRESSE du 21 août 2020

Télécharger la revue de presse / Download press review

Merci de consacrer un peu de votre temps à remplir le questionnaire en ligne sur le site du projet, afin de nourrir l’enquête sur « Comment habitentles jeunes en Europe » : http://habitat-cooperactif.eu/questionnaire-01/

Cette revue de presse, initiée pendant le confinement suite à la pandémie fait partie des adaptations du projet Erasmus+ « Cooper’actif, Habiter ensemble autrement demain ». Elle appartient aux productions menées en coopération et constitue une rubrique à part de la materiauthèque du site Habitat-Cooperactif.eu.
Voici la liste des médias consultés pour en alimenter les premières semaines.
Vous pouvez contribuer et proposer vos articles et leurs sources en écrivant à maltae2+erasmus@gmail.com
Elle est à disposition de toute personne qui souhaite y contribuer, sous réserve que l’actualité présentée enrichisse le sujet du projet et dans le respect de la règle européenne que « sa communication n’engage que son auteur et la Commission n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues »

Cette semaine, la sélection nous vient d’Habitat et Participation, H&P, le partenaire belge du projet Cooper’actif, qui avait déjà proposé en juillet une contribution sur A quoi ressemblera la ville de demain ?

Là, c’est à la population de demain, plus particulièrement les séniors, qu’est consacrée cette sélection, mais sans oublier d’abord les jeunes, et principalement le public concerné par le projet Interreg Habitat défi jeune, les jeunes vulnérables frontaliers.

1

Habitat Défi Jeunes : programme frontalier France Wallonie : Le 1er septembre, à 12h15 : les jeunes vulnérables et l’habitat

Les opérateurs partenaires ont en commun de s’intéresser aux jeunes entre 18 et 30 ans, wallons et français, confrontés à la difficulté de se loger, ancrage préalable et nécessaire, pour s’insérer, se former, trouver du boulot, problèmes qui peuvent se complexifier quand on souhaite travailler, voire s’ancrer sur un autre territoire voisin…

Comment accompagner ces jeunes plus vulnérables ? Comment les intéresser, les accrocher, les motiver ? Comment les aider à se faire confiance, à découvrir leur potentiel, leurs compétences ? Comment les aider dans leur projet vie ?

Des partenaires wallons et français, opérateurs de terrain du logement, de l’insertion et de la formation sociale ont décidé d’interroger notre accompagnement social pour co-construire avec votre aide de nouvelles pratiques et outils, avec les jeunes et pour les jeunes autour des questions de l’habitat, de la formation, de l’emploi et de la mobilité !

La situation des jeunes adultes en errance vous interpelle ? Les aider à se loger, les accompagner au quotidien, les motiver à se former, à trouver un travail, à traverser la frontière … Cela vous intéresse ?, trois webinaires vous sont proposés :

Chaque Webinaire se déroulera entre 12H15 et 13H45. Il sera l’occasion d‘aborder une même thématique au travers d’exposés, mais avec deux angles d’approche : côté français et côté wallon. Un temps de Q/R vous sera ensuite proposé. Ces conférences enregistrées seront mises ensuite en accès libre sur YouTube.

WebN°1 : le 1 septembre 2020 : Les jeunes vulnérables et l’habitat. Approche conceptuelle de la situation. Côté wallon, le Rassemblement Wallon de Lutte contre la Pauvreté présentera un état des lieux des jeunes, du logement et de l’autonomie suite à une étude réalisée. Du côté français, l’Union Régionale pour l’Habitat des Jeunes fera un exposé sur les jeunes en difficultés qui se présentent aux portes des Résidences Habitat Jeunes (ex FJT).

WebN°2 : Fin septembre – début octobre (date à préciser) : Les jeunes vulnérables et ce qui les motive.
Qu’en est-il de la motivation de ce public ? Comment « accrocher » ces jeunes ? C’est bien le levier de la motivation qui sera mis sous la loupe d’approches diverses, comme celle de la psychomotricité.

WebN°3 : mi à fin octobre (date à préciser) : « Et l’emploi dans tout ça ? » Approche conceptuelle de l’employabilité de ces jeunes vulnérables par les écoles sociales de notre projet (ISL et HELHA). Qu’en est-il de l’emploi pour tous ces jeunes qui sont « sans » : sans diplôme, sans formation, sans expérience, sans logement, … sans demande (non recours au droit). Que proposent les spécialistes de l’emploi ?

LIEN

2

A qui appartient Bruxelles ? pour des politiques de logement anti spéculatives : L’habitat Collaboratif, comme modèle anti spéculatif

Dans la foulée de la compréhension de ces mécanismes sur la financiarisation du logement à Bruxelles, l’article propose ici une grille de réflexion pour un habitat « alternatif » capable de résister à la spéculation et/ou la financiarisation.

Pour Pascale Thys, coordinatrice & chargée de missions chez Habitat et Participation, ces modèles d’habitat ne sont pas nouveaux au sens où il existe des modèles inspirants … depuis l’Antiquité !

Elle donne à voir ce qui fait que ces modèles « fonctionnent », à savoir qu’il ne faut pas faire reposer la réussite de ces modèles sur une « simple » mécanique, une gouvernance vécue comme légitime étant toujours au cœur de ces projets.

En note liminaire, le terme « habitat collaboratif » permet de transcender les appellations diverses telles qu’habitat groupé — habitat solidaire — habitat participatif — etc.

L’habitat collaboratif défend un modèle de logement loin de la marchandisation, en mettant l’engagement des résidents les uns envers les autres au cœur de l’habitat, un modèle où les relations humaines priment sur le strict besoin de logement, un modèle où la solidarité et le pouvoir d’agir (ensemble) priment sur la simple notion de logement abordable.

L’auteur passe en revue en trois parties d’abord les modèles inspirants, coté habitat et côté finances, puis propose une grille de modèles en tension, au travers les deux axes des règles du marché et de la plus-value, enfin, elle analyse les raisons des succès « pourquoi ça marche ».

LIEN

3

Le home de demain sera plus humain

Puisque nous vivons de plus en plus longtemps, les maisons de repos sont bel et bien notre avenir. A quoi ressembleront-elles dans dix ans ? Et comment les rendre plus agréables et plus vivantes ?

Le journal « le soir » s’est penché sur cette question de société et a donné la parole à Hedwige, résidente à Notre Dame de Stokel depuis deux ans, en lui posant la question : « quelle serait pour vous la maison de repos idéale ? ».

Pas si facile d’imaginer où l’on aimerait être une fois que l’on y est. « Je vais peut-être répondre d’une drôle de façon », avance-t-elle, prudente. « Pour moi, une maison de repos c’est « être avec ».

« La maison de repos doit être un lieu de vie avant d’être un lieu de soin ! »

Gabrielle Tribels directrice adjointe de la résidence Regina, à Moresnet, fait l’expérience, depuis maintenant trois ans, du modèle « tubbe », une gestion d’origine suédoise des maisons de repos et de soins basée sur la relation. Et pour rien au monde, elle ne reviendrait en arrière. « On ne se limite plus à donner des soins, on est à l’écoute, on participe à la vie des résidents », détaille-telle au bout du fil. A la demande d’acteurs belges du secteur et de citoyens, plusieurs directeurs de maisons de repos et de soins ont cherché à mieux connaître ce modèle d’inspiration scandinave. La Fondation Roi Baudouin a organisé une série de visites mutuelles et six projets pilotes ont pu être lancés en Belgique après différents contacts avec les initiateurs suédois. L’objectif : créer un lieu de vie où la vie a encore un sens. Un lieu où l’organisation est axée sur le relationnel, qui favorise la responsabilisation des résidents, la motivation du personnel et l’implication des familles. Concrètement, certains espaces de la maison de repos sont réaménagés avec les personnes âgées afin de leur donner davantage l’impression d’être chez elles. Les collaborateurs ne portent pas de vêtements de travail, mangent et boivent avec les résidents. Les résidents font le plus possible leurs propres choix : on décide de l’heure à laquelle on veut se coucher.

Le dossier donne la parole au correspondant à Athènes, Fabien Perrier, qui rend compte de la situation en Grèce, où la tradition culturelle privilégie « la famille jusqu’au bout », rappelant au passage combien les retraites des grands-parents ont, au moment le plus sévère de la crise, été parfois les seuls soutiens économiques des trois générations des familles.

Penser le logement comme un soutien aux ainés, c’est la direction que propose Caroline Guffens ancienne directrice de maison de repos et cofondatrice et directrice de l’ASBL Le Bien Vieillir : « On voit le vieillissement comme un problème et une maladie contre lesquels il faut lutter. Or, c’est une accumulation d’expériences » …

LIRE PLUS LOIN : LIEN

4

L’accueil des seniors au XXIème siècle

Valentine Charlot et Caroline Guffens, de la même association Le Bien Vieillir développent ici un plaidoyer, face à l’annonce des 11000 places nouvelles construites d’ici 2030, pour mener quelques expériences-pilotes, dans de nouveaux quartiers (pour maximiser les innovations architecturales et urbanistiques) avant de s’engager dans un plan visant à déployer ces 11.000 places supplémentaires de conception « classique ».

« Les innovations sociales et technologiques, comme la créativité architecturale et urbanistique, doivent permettre de donner vie à cette volonté de vraiment (re)placer les seniors au cœur de la vie, acteurs de leur vie, malgré leurs difficultés, et partenaires de leur accompagnement ». Parmi les pistes proposées, celle e dissocier plus qu’aujourd’hui l’habitat (les briques) des soins, afin de modifier fondamentalement les équilibres financiers: la composante « briques » de la MRS est assurée par le coût du logement choisi par la personne âgée. La capacité d’acquérir ou de louer un studio senior dans un contexte d’habitat intergénérationnel est d’un ratio plus intéressant pour la personne que le coût d’hôtellerie qu’elle doit consentir dans une MRS ou dans une résidence-services. Par ailleurs, l’espace d’habitat personnel peut être trois fois supérieur à celui d’une « chambre » stigmatisant un lieu de fin de vie.

Philippe Defeyt, Institut pour un Développement Durable Alain Legros, Balder (Silver Economy Consulting) Namur, le 14 juin 2019

LIRE PLUS LOIN : LIEN


Voici la liste des médias consultés, qui s’augmente au fil des contributions

Colibris Fédération des Coop HLM : l’actualité hebdomadaire des Coop HLM Europa Pierre Mansat
https://www.lalibre.be/
https://+.lesoir.be/
https://lamaisondulivre.be/https://le1hebdo.fr/,
https://www.cairn.info/revue-document-numerique.htm
https://www.demainlaville.com/
https://www.bookstorming.com/archibooks
https://www.ecologikmagazine.fr/
https://imagedeville.org/
https://www.franceculture.fr/medias
https://site.paralia.fr/
https://www.darchitectures.com/
https://aoc.media/
https://www.revuesilence.net
https://www.revuesilence.net/
https://www.biocontact.fr/
https://lagedefaire-lejournal.fr/
https://www.linsatiable.org/
https://www.mediapart.fr/
https://www.metropolitiques.eu/
https://www.passerelleco.info/
http://www.sans-transition-magazine.info/
https://theconversation.com/fr
https://up-magazine.info/
https://journals.openedition.org/vertigo/
https://reporterre.net
https://www.espacestemps.net/espacestemps-les-cahiers/
https://www.cahiers-pedagogiques.com/
https://campus.la-croix.com/
https://www.scienceshumaines.com/
https://www.ecoledesparents.org/
https://www.europan-europe.eu/fr/
http://www.pierremansat.com/
https://www.colibris-lemouvement.org/magazine
https://www.hlm.coop/actualites-metiers

https://www.tzcld.fr
https://oxi90.com/JLKLITQ42/669D1F4DA7714EF887A514BD0F420697.php
https://www.humanite.fr
https://www.uniopss.asso.fr
www.ladepeche.fr/
https://france3-regions.francetvinfo.fr/
https://www.logic-immo.be/fr
https://www.plateau-urbain.com/