ANAGRAM et son architecte Bertrand Leclercq, un Retour sur site :  l’histoire d’un projet pionnier d’habitat groupé à Villeneuve d’Ascq, un film de Philippe Terrail, Odile Jacquemin, Jean Belvisi, produit par MALTAE / 2020 / 104′

ANAGRAM est un habitat participatif de dix logements conçu à la fin des années 80 dans la ville nouvelle de Villeneuve d’Ascq, à côté de Lille, dans le Nord de la France.

On y suit Bertrand Leclercq, l’architecte de l’opération, dans un « retour sur site » à la rencontre de ses habitants, pour une histoire du projet et son évaluation, trente ans après. Ce faisant, il découvre à son tour les autres habitats groupés du quartier.

Jean Louis, Véronique, Philippe et Dorothée ont habité l’opération résidentielle locative des CRIEURS et racontent comment y est née l’idée du projet d’ANAGRAM, dans les mouvements de l’autogestion.

L’architecte explique, au fil de la visite, le parti architectural, le mode de concertation, le financement, l’implantation, le choix des matériaux, la trame de 6 mètres, la circulation, le traitement des entrées, l’organisation de l’espace, la maison commune, la lumière, la relation aux jardins, le traitement des relations intérieur extérieur, la partition entre privatif et public…

Thérèse a quitté ANAGRAM après six ans mais elle en a gardé de si bons souvenirs qu’elle voulait à tout prix rejoindre un autre habitat participatif et elle a rejoint TOITMOINOUS. Marie Bertille est arrivée en cours de route, elle jardine, et transmet aux enfants d’aujourd’hui son plaisir d’enfance, de cueillir des fraises et framboises au jardin familial ; Véronique et Odile ont suivi toutes les visites de chantier ; elles ont beaucoup appris ; Marie Cécile témoigne de sa chance « d’avoir la lumière des quatre cotés ». Tous apprécient les week-ends des chantiers collectifs et la maison commune et le champ des possibles ouvert par cette échelle de sociabilité intermédiaire.

Christelle raconte comment elle pouvait partir le soir au cinéma en toute sécurité, quand les filles étaient petites ;

Hélène, Violette et Samuel y ont grandi ; une enfance et une adolescence en habitat participatif, ça construit « une envie de collectif » ; un seul des 22 enfants qui y ont grandi vit encore là, trente ans après ; mais avec la troisième génération d’enfants d’ANAGRAM, il y a de la vie !

Bruno, Bénédicte et leurs trois enfants sont les derniers arrivés, et découvrent le plaisir de cet environnement d’adultes qui apportent tous quelque chose de différent ; François pour jouer de la trompette ; Jean Louis pour bricoler ; Catherine, si on est malade..

Tous les habitants d’ANAGRAM sont conscients que l’avenir est dans l’accueil de nouvelles familles avec jeunes enfants !

Jean Claude, Agnès, Bernard et Pascal font visiter à Bertrand le projet voisin d’HAGROBI et Régis et Françoise Verley celui de TOITMOINOUS : Une réflexion sur le vieillissement est à l’origine de ce dernier projet de 22 logements, dont des logements sociaux et adaptés, un projet qui répond aux enjeux démographiques d’aujourd’hui. L’aménagement collectif de « la noue » dans le terrain arrière et le projet potentiel d’accueil d’une ruche posent une question nouvelle pour ce type d’habitat : Quelle acceptabilité en matière de coopération avec la nature et le vivant peut-on espérer dans les projets d’habitat participatif ?

Les visites du film « Retour sur site » sont enrichies de dix bonus, constitués de l’intégralité des interviews menés lors du tournage.

La collection « RETOUR SUR SITE » est une production originale de films documentaires d’architecture imaginés et réalisés par Mémoire à Lire, Territoire à l’Ecoute (MALTAE).

Il s’agit d’y présenter des opérations analysées du point de vue des Projets. Les visites des sites et bâtiments construits y sont conçues pour faire se rencontrer, à même les lieux, quelques décennies plus tard, les architectes ou protagonistes des projets et leurs habitants ou utilisateurs.

Le propos est de croiser l’histoire d’un projet et l’évaluation d’une œuvre architecturale : évaluation du site, de sa réception/appropriation par les usagers, et de son rapport au temps (comment a-t-elle vieilli ?). Passer de l’histoire à l’évaluation invite à « un autre exercice de l’histoire », donnant parfois l’occasion à des habitants ou usagers de rencontrer pour la première fois les créateurs de leur cadre de vie et de leur dire merci.

Un maître d’œuvre et son
ouvrage, Robert JOLY et le
Lycée agricole de Tulle Naves

Christian GIRIER, Odile JACQUEMIN,
Jean-Louis PACITTO, 2013

Habiter les pentes du littoral
varois
: Jean-Louis VERET
et le village du Merlier, Jean
AUBERT et André LEFEVRE
au Gaou Bénat

Christian GIRIER, Odile JACQUEMIN,
Jean-Louis PACITTO, 2004

Jean PIANA, patron
du Laborieux, un homme
et son métier

Christian GIRIER, Odile JACQUEMIN,
Jean-Louis PACITTO, 2006

Nederlands NL English EN Français FR Deutsch DE Polski PL