Production intellectuelle 06

Recherche action Enquête « Comment habite le jeune en Europe »

Cette recherche action, pilotée par MALTAE, a mobilisé tous les partenaires du projet, notamment le lycée polonais, H&P et le CFPPA qui, en cours d’année, a fait la demande d’un échange de 4 journées de PIO4 en PIO6.

Du point de vue du jeune…

Trois explorations avaient été proposées 1/de l’individuel au collectif – 2/du vécu réel au vécu rêvé, – 3/des modes de vie au présent, entre ceux du passé et ceux du futur.

Un questionnaire a été élaboré, dans une démarche de co-rédaction avec des élèves, afin de ne pas préjuger des questions à priori. 3 collèges et lycées du Var ont été associés à cette élaboration, qui a été enrichi durant l’été 2019 dans un aller-retour avec des chercheurs sociologues et philosophes de l’habitat, avant d’arriver à un questionnaire définitif qui a été traduit en anglais et mis en ligne dans les deux langues FR/ANGL sur le site du projet Habitat-cooperactif.eu.

A titre d’exemple, partir du point de vue des jeunes eux-mêmes pour l’élaboration des questions, faire avec eux la trame des questions nous a conduit à découvrir avec étonnement et amusement la place de l’animal et … la place du canapé ! des réalités sociologiques plus convenues sont apparues également dès cette phase préparatoire : la place de la double résidence, dont une place non négligeable à l’internat (et l’internet !).

Un des messages fondamentaux qui ressortit de ce long cheminement de rencontres avec des jeunes autour de la question du logement fut de faire émerger un quatrième axe, primordial aussi des réalités sociologiques d’aujourd’hui et au cœur du sujet « Cooper’actif Habiter ensemble autrement demain » : aux trois axes construits sur les hypothèses posées dans la recherche action, 1/de l’individuel au collectif – 2/du vécu réel au vécu rêvé, – 3/des modes de vie au présent, entre ceux du passé et ceux du futur, s’ajoute comme axe central du projet celui -4/ du subi au choisi.

En préalable de l’Enquête sur l’habité des jeunes en Europe, quelques réflexions ont servi à défricher, connaître pour mieux cibler de qui parlait-on.

La classification enfants/adolescents/jeunes adultes suffit-elle à sérier les enjeux sur les questions du logement ? peut-on inviter à se projeter des jeunes sans connaitre les représentations qui les ont nourri ? une véritable typologie en fonction des situations démographique (pyramides, tranches d’âge..), géographique (pays et culture locale, urbain, rural,..), sociale (niveau de dépendance familiale, autonomie relative, mixte, ), de genre ( masculin, féminin, ..) , scolaire/universitaire …. etc.

Le travail a progressé avec la constitution d’un groupe local, la définition de modes opératoires (interviews filmés, entretiens téléphoniques, questionnaires écrits) …, une succession d’élargissements du sujet (mobilité, saisonnalité etc.), tout en veillant à la cohérence avec les finalités de cooper’actif ; enfin une structuration du questionnement sur l’habitat du jeune.

Il a été surtout gardé en tête l’objectif de ne pas limité la question de l’habité à l’espace réduit au seul logement : l’enjeu du projet est bien d’aider à construire une citoyenneté d’habitant planétaire !

Parallèlement, d’autres explorations ont nourri cette enquête :

Le regard de 10 jeunes lycéennes polonaises sur leur logement

Le lycée polonais a fait réaliser à ses élèves des petits courts-métrages sur leur logement. L’internat y figure, là aussi. Cette réflexion préalable sur leur propre habitat a permis de construire un repère (repérage) pour mieux appréhender la multiplicité des modes d’habiter découverts par ces jeunes dans leurs mobilités et visites en Belgique, en France et aux Pays-Bas Cette activité a été relatée dans le guide des ateliers et activités pédagogiques « Ici et Là-bas ».

Le test des typologies de jeunes proposé par H&P

Philippe Defeyt un sociologue belge a établi une typologie de 5 comportements en rupture du modèle dominant des 25-trente ans

LIEN

« L’exposé s’engage avec les quelques constats suivants : Le modèle dominant des 25 ans 30 ans change ! Le modèle d’insertion se diversifie, s’éclate. Il s’en suit qu’indirectement, la question de l’insertion des jeunes par le logement concerne de plus en plus aussi les moins jeunes ! Dans la typologie présentée de cinq comportements des jeunes en matière de logement, « le principal et largement dominant est celui des Tanguy » Mais il faut y noter une grande diversité, les « Tanguy » assumés, parce qu’on veut voyager, économiser et que c’est plus facile de rester chez papa et maman, mais il y a les « Tanguy » subis et des « Tanguy » plus en difficultés, d’un âge avancé, où l’on retourne vivre chez ses parents, obligé, à 40 voire 50 ans La deuxième catégorie est celle de l’’autonomie plus ou moins assumée, plus ou moins digne, plus ou moins réussie, avec une extrême diversité entre celle du jeune poussé hors de chez lui, au sortir de son apprentissage et celle du jeune urbain, en ascension sociale. Par ex, ces jeunes qui occupent des petits logements à Bruxelles, dont la structure contient des salles de fitness… La troisième catégorie est celle de la colocation, en partie connotée sociologiquement, modèle appelé à durer et se développer ; modèle parfois hybride et qui se combine avec les autres, retour chez parents ou colocation.

La 5ème catégorie, un peu fourre-tout, rassemble ceux qui n’entrent pas dans les autres catégories et concerne notamment les jeunes chez les grands parents, ou un autre membre de la famille et même justement ceux qui habitent en habitats groupés. Deux derniers modèles un peu classiques sont encore évoqués : Ceux des jeunes dits « exigeants », qui économisent jusqu’à pouvoir acquérir un premier logement parfait, avec cuisine intégrée, reproduisent le modèle ultra consumériste… Ceux des jeunes qui reproduisent le modèle de la génération antérieure, où on va progressivement d’un premier logement petit et vétuste vers un plus grand et confortable, « comme Papa » en ascension sociale ».

À partir de ce travail, Habitat &Participation a élaboré un outil pédagogique, support d’une animation, dit “Jeu des 7 petits nains” – jeu du positionnement et du choix de vie – (cf. “dans quel lieu souhaiteriez-vous vivre”, qui a été joué, en équipe, par tous les participants lors de la mobilité accueillie à Bruxelles LLN en mars 2019.

Chacun, étudiant, lycéen ou adulte en formation a eu à se « positionner ». Il en est ressorti une lecture culturelle des aspirations, en fonction des pays respectifs.

Parallèlement, une approche a visé cinq cibles, par des zooms spécifiques: 1/ les jeunes en situation de fragilité ou de handicap ; 2 les enfants de moins de 12 ans, pour lesquels un questionnaire spécifique a été élaboré ; 3/ les enfants qui ont grandi en habitat participatif et 4/ les jeunes travailleurs saisonniers.

Les jeunes en situation de handicap

in itinere, d’autres réflexions sont venues remettre en cause les hypothèses de départ : comment traiter d’inclusion sociale, comment approcher le jeune en situation de handicap, quand on découvre que, pour bon nombre de ces jeunes, le mot avenir n’existe pas ? ne faut-il pas passer tous nos prérequis au crible de cette vérité que le présent n’est pas le même pour tous ? : simple intervalle entre passé et futur pour la plupart, phase de déploiement des possibles pour lesquels devenir acteur, il peut être, pour d’autres, un présent qui s’éternise, subi et non choisi car le seul habitat d’un jeune handicapé lourdement sera celui où il est placé, à vie, une fois pour toutes !

Cinq moments du projet ont permis d’enrichir le sujet spécifique de comment habitent les jeunes porteurs de handicap en Europe.

Lors des visites de mars 2019 en Belgique, il fut donné l’occasion à tous de découvrir une expérience remarquable de logement participatif pour jeunes adultes handicapés moteur et cérébral, opération menée à l’initiative de leurs parents. Sans entrer dans le détail, cette courte visite avait pour mérite de montrer que c’est possible

LIEN

Lors de l’évènement de dissémination du 21 mai 2019 à Hyères « Replacer les jeunes au cœur de la fabrique de la ville », il fut projeté le film d’un témoignage d’une jeune adulte trisomique, dont le message fait apparaitre dans toute sa dimension la difficulté du choix que la société lui impose de faire à 18 ans, identifier et trouver le logement où elle restera jusqu’à la fin de sa vie ! Le témoignage d’une telle injustice sociale a beaucoup marqué les autres jeunes et personnes présentes lors de ce séminaire !

Lors de l’accueil des jeunes polonais à Hyères, il a été organisé une visite à San Salvadour, un complexe résidentiel médicalisé où vivent plus de 350 jeunes et adultes polyhandicapés et où ils ont pu échanger avec trois résidentes qui ont témoigné de leur vie en établissement hospitalier.

A Eindhoven, aux Pays-Bas, une des opérations visitées SPACE a pu illustrer la capacité de certains pays européens de répondre au besoin de logements pour handicapés en sachant s’appuyer sur la mixité et concevoir des opérations de qualité.

LIEN

En France, l’opération d’Habitat participatif de Villeneuve d’Ascq « Toitmoinous » montre que cette exigence d’une ville plus inclusive progresse aussi en France.

LIEN

Zoom pour les moins de douze ans

L’opportunité de s’adresser à un public de jeunes enfants dans un atelier conçu sur mesure pour les Journées Nationales de l’Architecture, tenu à la MAV (Maison de l’Architecture et de la Ville de la région PACA en Fr) en octobre 2019 a conduit à l’élaboration d’un questionnaire spécifique pour les moins de douze ans.

LIEN Questionnaire

Ce zoom sur les plus jeunes, (qui est en soi une première réponse à un des objectifs que s’était fixé le projet, de réfléchir à comment s’adresser aussi aux enfants du primaire et des collèges) a conduit à proposer une extension du questionnaire en ligne, elle aussi bilingue, avec une version plus courte et plus adaptée aux « Moins de douze ans ». L’expérience de l’atelier a montré que le tout d’horizon dans le sujet proposé par le questionnaire devenait en soi un outil pédagogique de sensibilisation au sujet de « comment j’habite », riche et adapté à cette tranche d’âge : Il a été noté que la trame proposée motivait et intéressait même des enfants de 5 à 6 ans, certes accompagnés par un adulte.

Les jeunes ayant grandi en Habitat participatif

Le tournage du film ANAGRAM (opération de plus de trente ans d’âge) a rendu possible la rencontre de jeunes ayant grandi en Habitat Participatif. Il nous est apparu comme une belle opportunité d’enrichir cette enquête de la vision pertinente de jeunes adultes de plus de trente ans ayant un recul sur ce que leur a apporté ce vécu particulier et novateur pendant toute leur jeunesse.

Les jeunes travailleurs saisonniers

L’habitat saisonnier revient de manière récurrente sur le devant de la scène, dans l’actualité, au plus fort des saisons touristiques ou de récoltes et vendanges. Cette catégorie de logement, indissociable du travail qui le détermine est par essence un des plus extrêmes sur l’axe du subi/choisi. Il en est régulièrement pointé les carences dans la presse. Un témoignage de l’expérience de deux jeunes saisonniers a volontairement donné une parole plus mesurée, où la critique est contextualisée, remise en perspective dans le parcours du logement qu’ils se construisent, pour prendre leur autonomie et « voler de leurs propres ailes ». Elle donne toute la mesure de l’importance de la mobilité dans la question du logement des jeunes, mais aussi de la précarité croissante, presque acceptée (tolérée) chez les jeunes eux même comme étant inéluctable !

LIEN A VENIR VERS LA CAPTATION

L’arrivée de la pandémie

Le questionnaire devait être en ligne pour six mois dès la fin de la première année pour une restitution en juin 2020. La pandémie et le confinement ont bousculé cet agenda. Dès le mois d’avril, il est apparu nécessaire et incontournable d’intégrer ce vécu dans l’enquête. Le questionnaire a été revu et enrichi en mai 2020 de trois groupes de questions supplémentaires, l’un sur les conditions d’habitat lors du confinement, le deuxième sur le vécu du déconfinement, et un troisième sur les conséquences de la crise sanitaire e de la fermeture des frontières sur les grandes vacances.

La prolongation du projet a permis que l’enquête en ligne dure jusqu’au mois d’octobre 2020. Cette prolongation et la pugnacité d’un appel régulier durant l’été et la rentrée, appel notamment répété en début de chaque revue de presse a permis de multiplier par quatre le nombre des réponses.

Une première analyse des résultats est donnée

LIEN

Un sondage a été lancé par l’association Urbamonde, partenaire associé du projet « L’habitat participatif face à la covid-19 » dont l’objet est de déterminer dans quelles mesures le fait de vivre dans des formes d’habitat solidaire a pu permettre aux habitants de s’organiser avec leurs voisins pour faire face à la pandémie et au confinement. Les problématiques proches de ces deux questionnements nous ont incité à une démarche de coopération.

LIEN

Cette production complexe, sans doute la plus complexe de tout le projet a pris un peu de retard, car il a fallu prendre le temps de croiser les démarches entreprises par chacun et de s’approprier le travail de l’autre, en franchissant les barrières de la langue. La matinée du E1 (29/03/2019) à Bruxelles y a largement contribué. La lettre de commande faite par MALTAE et H&P à la boutique de la Tue en janvier dernier pour que les étudiants d’Eindhoven contribuent aussi à l’élaboration du questionnaire n’a pas pu être honorée ;

Si l’enquête, par sa mise en ligne, vise à dépasser le seul partenariat des 5 pays du projet, les expériences des enquêtes en ligne ont montré qu’elles exigeaient un accompagnement. Un vrai travail de connexion d’enseignants et de leurs classes, ou d’associations et de leurs publics doit être mobilisé. La collecte et l’exploitation des données seront mise en forme et accessibles sur le site du projet, pour une appropriation partagée et interactive, qui restera accessible pendant trois ans.

La présentation finale aura lieu le 4 novembre lors de la visio de conclusion de projet.

Nederlands NL English EN Français FR Deutsch DE Polski PL